J'en avais assez que les garçons se gavent de céréales au petit déj! Ca nous coûtait un oeil et ils n'étaient pas rassasiés...

Alors, j'ai proposé de passer en mode tartines pour ce moment clé de la journée, en promettant, biensûr, de faire très régulièrement du nutella et du caranut...

Les protestations ont été nombreuses, véhémentes, plaintives, menaçantes, mais rien à faire, je suis restée intraitable avec ces petits toxicos des sucres simples et rapides!

Je leur ai dit mon expression endémique (ça veut dire que c'est moi qui l'ai inventée...) que j'utilise quand je veux doubler la négation : un peu comme le "i do" des anglais mais à l'inverse, pour dire NON, NON, NON et NON!!!

Donc, je me suis fendue de mon légendaire :

"NIET, SCRAPOUNIET"

Et les mecs sont rentrés dans le rang, tels des bons petits soldats de l'ex-armée rouge. Ils m'ont fait un défilé au carré jusqu'à la table du petit déj et ils ont fait honneur aux tartines!

Non mais, c'est qui l'chef?

Le hic (oui, y a un hic, sinon y a pas de chute et c'est pas drôle...), c'est qu'ils sont devenus accros aux tartines et même qu'ils imaginent des modèles de tartines pas encore homologués par l'organisation mondiale de la santé... Je ne sais même pas comment appeler ces machins-choses :

 

nut2

nut3

nut1

 

Je ne sais vraiment pas comment appeler ces TNI (tartines non identifiées)... Si vous avez une idée, faites-moi signe...

Edith!